Rallye Jours 5 et 6, Etape 5 : 1er Marathon !

Rallye Jour 4, Etape 4 24/03/2019
26 mars 2019
Rallye Jours 6 et 7, Etape 6 : 2nd Marathon !
30 mars 2019

Rallye Jours 5 et 6, Etape 5 : 1er Marathon !

Pour l’étape 5, l’avant dernière, nos Gazelles partent ce matin et ne rentreront pas ce soir. 🌙 12 balises à taper en 2 jours pour au minimum 279 km de course ! Elles sont classées 15ème sur 124 dans la catégorie 4X4 à l’issue de l’étape 3 ! On leur souhaite bon courage pour ces étapes marathon ! ☀️🐫

NOMBRE DE CP 12

KM IDÉAL 270km

TEMPS ESTIMÉ 17h

TERRAIN navigation fine, nuit sous les étoiles, sable et paysages majestueux

 

Déjà 5 jours d’épreuve et il est fort à parier que capital énergie devrait être bien entamé.

Plus de 270 kilomètres sur le papier, soit plus de 320 km réalisés en autonomie totale, pas d’assistance mécanique le soir, pas de ravitaillement carburant, un bivouac improvisé et 12 CP à valider sur les deux jours.

Dès le premier jour les difficultés sont bien là. Il va falloir naviguer avec beaucoup de finesse, ne pas se précipiter et choisir son parcours à bon escient. En effet dès le début de l’étape c’est « l’enfer des Gazelles ». Et franchement la zone porte bien son nom. Tous les ans lors des reconnaissances on se demande comment les Gazelles font pour ne pas devenir folles !

A partir du CP4, ce sera plus facile. Si les plaines vont s’étendre au-delà du regard, les caps vont grandir et il faudra espérer que le vent ne sera pas de la partie pour masquer les reliefs qui serviront de repères aux Gazelles.

Le soir ce sera une première nuit sans le brouhaha du bivouac. Un moment de partage et d’échange entre Gazelles. Une Nuit sous les étoiles.

Seconde journée, cette fois ce sont les plaines sablonneuses de l’Oued Bou Haiara qui s’offre aux compétitrices. Du sable il y en aura, pas aussi majestueux que lors de l’étape de l’Erg Chebbi certes mais pas forcément moins pervers… au contraire.

La confiance entre navigatrice et pilote devra être totale pour déjouer tous les pièges de navigation et les difficultés du terrain. Mais alors quels paysages … du noirs, du marron, du jaune, du rose, du gris. Toute la palette des couleurs du désert devant elles. Et puis l’espace, des étendues vierges de toute vie hormis celle des nomades proches des puits qui parsèment le secteur.

Les retours au bivouac devraient s’étaler jusque tard dans la nuit. Il serait sans doute présomptueux de dire que le podium est déjà figé, par contre il serait prudent de ne pas oublier qu’il peut se perdre rapidement … très rapidement. C’est à la dernière étape de rendre le verdict et demain ce sera encore marathon !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *